ENCYCLOPEDIE -DE--LA--LANGUE -FRANCAISE
vers page d'accueil du site
ABBAYE
 -------vers menu de l'article ABATTAGE
LE SCRIPTORIUM
menu du chapitre MEDECINE
-
L'ENLUMINURE (3)
Les couleurs minérales
pigments bleus
-

 
 

 
 
PIGMENTS MINERAUX
 
Nom français
nom latin ancien
formule chimique
DESCRIPTION  COMMENTAIRES
 
   PIGMENTS BLEUS (azurium)
 
Lapis-lazuli,
Ultramarine
 
Sapphirum (voir commentaires), 
Azurrum ou Azurium ultramarinum
Caeruleum
scythicum ? (Pline)
*

Roche complexe, constituée de lazurite [à ne pas confondre avec l'azurite (Lapis Armenius, Caeruleum cyprus des latins) qui est un carbonate, ou la lazulite qui est un phosphate]. Cette lazurite est associée à des degrés divers à de nombreux autres minéraux : la pyrite, la calcite, huaynite, la sodalite, la noselite (ou noseane), l'alumine. Sa couleur peut aller du bleu (latin : caeruleum) outremer au violet.

------

--

 

 

 

 

Connue des Egyptiens, cette roche d'un bleu magnifique a été connue des Occidentaux par les Perses, qui utilisaient le mot lajoard, lazhward (bleu) pour la désigner. Pline l'Ancien (23-79), et d'autres décrivent cette pierre en l'appelant confusément sapphirus (saphir) qui a, nous dit Pline, des taches dorées (la pyrite, comme sur le lapis lazuli) :
"Sapphirus aureis punctis collucet": (Histoire Naturelle. livre XXXVII., chapitre 8). C'est toujours Pline, cependant qui la désigne, peut-être, par Caeruleum scythicum
 

Lapis (pierre, en grec) et azul (bleu, en arabe) sont à l'origine du mot lapis-lazuli. Utilisé depuis le VIe siècle au Badakshan (Afghanistan), le pigment arrive en Europe au plus tôt au XIIIe siècle par l'Italie (Venise?) et il donne le meilleur de lui-même vers le XIVe-XVe siècle à la Renaissance, où on n'hésite pas à lui donner une texture très granuleuse. On l'appelle alors azurrum ultramarinum ( littér. "bleu d'outremer", car venu par delà la mer, Méditerranée), bien avant la naissance de l'outremer synthétique (XIXe siècle).
 
Le lapis-lazuli est un produit de très grand luxe depuis toujours, un véritable or bleu : 86 euros le pot de 10 g !!!

 *  Na3CaSi3Al3O12S
 
Azurite (ou chessylite**)
Azur d'Allemagne
Lapis armenius,
Azurium citramarinum,
Coeruleum*** cyprium (Pline),
Cuprum lazureum, Cyanos,
Caeruleum montanum
*
 Carbonate de cuivre, souvent associé à la malachite, mais aussi à la cuprite, la limonite ou la ténorite. Pas toujours fine au broyage, le pigment était tamisé. Mélangé à l'eau et au savon quand il était trop granuleux, il perdait de son intensité.

 Même étymologie perse que le lapis-lazuli (voir lapis-lazuli). L'azurite est employée comme pigment depuis l'Egypte Pharaonnique, c'est un pigment bleu bien moins onéreux que le lapis-lazuli.

----
Cette couleur a, dans l'art occidental, longtemps été réservée à la robe de la Vierge :
 

 

 

*C3(CO3)2(OH)2
** A cause du plus important gisement français : Chessy
*** de coelum : ciel, azur, d'où le mot "céruléen" : couleur bleu ciel
 
Smalt
Smaltum,
Vitrum?
Zaffro?
Silis Cerulean?

 

 Pigment synthétique vitreux (verre : quartz, silice, etc.) coloré par du cobalt, que l'on fait fondre, d'où "smaltum", fondu, aussi à l'origine des mots amail, esmal, esmail : émail.
Au milieu du XVe s. des minerais à bas de cobalt sont découverts en Bohême et en Saxonie : les modernes les appelleront cobaltite (CoAsS) et smaltite (CoAs2), mais l'origine de la couleur, inconnue, déroute à l'époque, si bien qu'on les appellera kobold, génie malfaisant des mines, en allemand. Kobold donnera, dans diverses langues, "cobalt", bien sûr.
 
Le cobalt lui-même sera plus tard isolé par Georg Brandt, un chimiste suédois, en 1739.

 La première occurrence de "smaltum" se trouverait chez Léon IV, pape du IXe s.

 

 
 
 

 
 
---