menu du chapitre MEDECINE

ENCYCLOPEDIE -DE--LA--LANGUE -FRANCAISE

ABBAYE
 

    LE----------------------
SCRIPTORIUM
.
LE MOBILIER
 


Monastère orthodoxe de Notre-Dame de Balamans, Antioche, Turquie actuelle. De gauche à droite, Evangiles de Jean, Luc, Matthieu et Marc, présentés avec leurs attributs (XVIe siècle, Ms 6 - 499)


Nous avons exploré le mot, sa désignation, son cadre, nous nous intéresserons maintenant au mobilier utilisé par les moines qui oeuvrent au scriptorium, qu'il fût réduit à sa simple expression ou qu'il fût une prestigieuse officine.

Il est quasiment impossible de comprendre l'évolution historique des usages que les intellectuels du moyen-âge font de tous les termes relatifs aux meubles. Ils peuvent désigner tout ou partie, et le contexte ne suffit toujours pas à les déterminer. D'autre part, les usages se perdent, se rétablissent, sont différents de pays à pays.


1a-1b-2 3.

4.---5.
 

1a et 1b Evangiles de Loisel Reims, IXe siècle. 1a, saint Jean et 1b, saint Marc.
2. Apôtre Paul, manuscrit byzantin, XIe siècle
3. Evangiles gréco-latins, saint Luc, XIIIe siècle.
4. Le Dominicain Vincent de Beauvais écrivant (vers 1250) son Speculum Historiale, Le Miroir de l'Histoire, aidé en cela par les Cisterciens de l'abbaye de Royaumont. On le voit là, visité par le roi Saint Louis et son épouse, la reine Jeanne de Bourgogne.
Paris, BnF, Département des manuscrits, Français 316 folio 1.
5. Un moine expérimenté copie un manuscrit, un autre, plus jeune, lui apporte un ouvrage.
Manuscrit de l'Ethique d'Aristote, enluminé par Nicole Oresme
Paris, 1376

Ainsi, nous avons vu que le bureau du copiste était le plus souvent désigné par "scrinium" depuis l'antiquité romaine. Ce mot a désigné, comme " scriptorium ", le meuble lui-même où le scribe s'attelait à ses travaux d'écriture ou d'enluminure. Ces mots pouvaient aussi bien désigner une simple table (nous dirions " bureau ") qu'un ensemble plus complet réunissant à la fois le siège, la table ou tablette, mais aussi un rangement intégré de livres.

Le terme qui fera long feu, c'est bien sûr " armarium ". Nous en parlerons d'avantage au chapitre de la bibliothèque, mais avant de désigner un espace, il a désigné le meuble qui contient des livres :

6. --7.-

6 et 7 (observez les similitudes frappantes entre les deux meubles) :
- Partie de fresque du mausolée de l'impératrice Galla Placidia, IVe siècle.
- Codex Amiatinus. Le scribe Esdras restaure la Loi Juive après la captivité de son peuple à Babylone. environ 716, Florence, Biblioteca Medicea Laurenziana MS. Am.I
(voir commentaire sur la page : Abbaye de Wearmouth-Jarrow)

On trouvait souvent un armarium dans le scriptorium, bien sûr, et il n'était pas rare que l' usage d'armarium (on trouve aussi : armariolum, armatorium, armararium, armamentarium, plur. armaria, ) se répandît au pupitre qui conservaient quelques livres (voir image 1,2,5). On connaît aussi d'autres termes qui désigne cette " armoire " (d'armarium, bien sûr) à livre : analogium est employé à Citeaux en 1480 (il désigne aussi la tablette inclinée du pupitre), discus ( abbaye Saint Albans), pluteus (rare et tardif), pulpitum (poulpitre, désigne aussi la rangée, l'étagère (aussi tabula, tabulae) ou la tablette inclinée [voir images 4 et 5]: d'où notre " pupitre " ), repositorium, bancus, scamnum, ces deux derniers évoquant aussi des pupitres et aussi, pour scamnum, des marchepieds, très fréquents dans l'iconographie : ceux-ci soulèvent les genoux, ce qui permet d'y poser à plat son ouvrage pour écrire : images 1 à 4, 7) . Ces mots peuvent désigner, rappelons-le, tout ou partie de celui-ci quand les parties sont solidaires (images 4 et 5) : siège, banc ( scamnum, bancus, banca, banckum), pupitre ou lutrin ( lieutrin en vieux français), meubles semble t-il tardifs (XIIe-XIIIe siècles).

Capsa peinte sur une fresque de Pompéi et tablette de cire attachée ( - 80 à + 50 )

Les rouleaux antiques ( volumina ) étaient rangés dans des boîtes cylindriques, capsae ( capsa, sing. ). ou scriniae ( scrinia, sing ), des coffres circulaires, cistae ( cista, sing. ) ou oblongs, arcae ( arca, sing. ).

L'époque médiévale, en opérant de nombreux glissements sémantiques, a conservé ces termes. Les cylindres ont fini par disparaître et les codex ont remplacé les rouleaux. De tous ces termes, c'est capsa ( image 1b) que l'on rencontre le plus souvent alors, surtout ses dérivés vulgaires, cassa, cassone, caxia, associés parfois à des pupitres.

 
 


---