ENCYCLOPEDIE -DE--LA--LANGUE -FRANCAISE

ABBAYE
 

 

SAINT ROMUALD

L'origine des Camaldules

950 - 1027

2e partie

 


Vers 1001, Otton permit à Romuald de bâtir un monastère à Piseno, dans l'île de Pérée (Pereum, Peretum, Piretum en latin, puis Pereo, en italien), située dans l'embouchure du Pô, appelé d'abord monastero del Pereo, construit à partir d'un église prééxistante, l'église Saint Cassien (chiesa di S. Cassiano) :

----
Paysages du Pô, à son embouchure.
- A gauche, photo de Guido Fossati.
- Au centre, le Po di Volano, où le "Scannone" s'élargit en petites îles verdoyantes de pins, ici près de la Sacca di Goro, dans le delta médiéval du Pô.
- A droite, carte de l'embouchure du Pô avec l'emplacement du monastère S. Alberto (deux zooms possibles : moitié basse, zone du monastère; moitié haute, carte générale.
 

(...) "nell’insula Pereum: […] insula a Ravenna urbe duodecim fere milibus distat […]" , nous dit son biographe, à douze milles de la ville de Ravenne, sans doute l'île de Sant’Alberto sul Primaro (Reno, aujourd'hui). Le monastère fut dédié au martyr Saint Adalbert (Sant’Adalberto, écrit parfois Alberto). Cette fondation fut subordonnée (par Othon III) à la formation de missionnaires pour évangéliser la Pologne. Condition remplie par Romuald, qui enverra cinq missionnaires, issus pour la plupart de l'ermitage de Pérée. Ce sont "les cinq frères", selon la formule de leur biographe Bruno Bonifacio di Quesrfurt (ou Querfurt) qui écrit, en hommage, la Vita dei cinque fratelli. Nous connaissons déjà deux d'entre-eux, Benedetto da Benevento et Giovanni Gradenigo, à qui s'ajoutent Matteo (Matthieu), Isacco (Isaac) et le cuisinier de la communauté. Ils périront sous les coups de bandits de grand chemin en 1009.

Romuald lui-même partit pour une nouvelle mission, la Hongrie cette fois. Il ne put aller plus loin que la frontière, accablé par la maladie, qui lui fit rebrousser chemin, traversant l'Allemagne, non sans y fonder quelques établissements et en réformer d'autres, comme il l'avait fait et le fera encore en Italie.

L'empereur (qui résidait alors à Ravenne) voulut bientôt réformer l'abbaye Saint-Apollinaire-in-Classe et voulut fit élire abbé Romuald, mais celui-ci se retira en son petit ermitage de l'île de Pérée. C'est là qu'il perfectionne ses expériences de monastère de type hybride, ce qui lui apportera la postérité, puisqu'à la vie commune, d'observance bénédictine, se mêlait la vie érémitique. L'empereur réussit finalement à ramener Romuald d'autorité à Ravenne. L'abbé accomplit sa charge pendant plus d'un an et se résolut à déposer sa charge aux pieds de l’Empereur et de l’archevêque Gerbert de Ravenne (le futur pape Sylvestre II). A l'inverse, l'empereur n'ayant pas accompli sa promesse de soumettre Tivoli, Romuald lui soumit une sévère pénitence. Après cela, plusieurs grands seigneurs se convertirent et se mirent sous sa houlette et ce fut alors pour Romuald plus de dix ans de pérégrinations diverses, par lesquelles il semait sans relâche son principe mixte de monastère-ermitages.

Donnons ici une chronologie approximative des fondations monastiques connues pendant cette période :

 1002
 ermitage de Saint Pierre ( San Pietro ) près de Vivo d'Orcia, province de Sienne, région de Toscane  avec l'accord de l'empereur Henri Ier

 1005
 Monastère San Salvatore de Val di Castro (Valdicastro, région des Marches, province d'Ancône), sur des terres octroyées par le comte Farolfo di Monte Marte
 

  1008
  Monastère San Niccolò (Saint Nicolas) sur le mont Orvietano, près de Ficulle, dans le village de Badia (abbaye), province de Terni, région d'Ombrie. Rencontre avec Jean Gualbert (Giovanni Gualberto), qui fonde à Acquabona le monastère de Vallombreuse (Vallombrosa), de même type que ceux de Romuald. Il sera à l'origine d'une congrégation bénédictine : l'ordre des Vallombrosiens

1009/1010
 Ermitage (eremo) de San Salvatore (Saint-Sauveur) dans la région d'Ombrie (Umbria), province de Pérouse (Perugia) puis monastero di San Salvatore di Monte Acuto, puis abbazia di San Salvatore di Montecorona

 1012
 -Camaldoli (province d'Arezzo, région de Toscane), aujourd'hui partie du Parc national
des Forêts du Casentino

 

 

  1014
 San Maria di Sitria, sur le mont Catria, dans la région des Marches, province d'Ancône)  Romuald s'y retire 7 ans
 

1a-1b --2a---2b b-3a--
 
-3b -- 3c - 4 -5
-6 -7--8. -- 9.
 

 
1, 2, 3. Monastère de Camaldoli
1. fresque de Romuald devisant avec ses disciples
2a. Ermitages
2b Monastère
3a. Fontaine. En hauteur, l'ancien emblème de la congrégation des Camaldules
3b et c. Cloître Maldolo (XVIe siècle)
4 et 5. Abbaye de Monte-Carlo-Sitria
6-7-8. Abbaye de Fonte-Avellana
9. Dessin de l'abbaye actuelle de San Salvatore
 

 
Voir aussi Cartes d'Italie, pour la localisation géographique de ces abbayes.

 
1012 est une année symbolique pour les Camaldules : Un certain comte Maldolo (Maldolus ou Mandolo, Mandolus) di Arezzo, qui aurait eut une vision de moines habillés de blanc montant au ciel, a cédé à Romuald le lieu appelé Campo Amabile, d'environ 160 ha, pour y bâtir un monastère. Sur ces terres, devenues Campus Maldoli, ou Camaldoli, Romuald bâtit cinq cellules d'ermites, puis en contrebas de celles-ci, deux ans après, un hospice devenu le monastère de Fontebuono, qui sera l'abbaye-mère des Camaldules, l'ordre fondé après la mort de Romuald. L'habit même des moines ne fut plus de noir, mais de blanc, suivant la vision de Maldolus, signe distinctif qui s'ajoutait à celui du port de la barbe.

Le pape l'appela finalement à Rome, où il se rendit et où il bâtit, près de là, des monastères, dont ceux de Sitria (vers 1014, diocèse de Sassoferrato) , où il demeura assez longtemps, ou l'ermitage de Sant'Emiliano in Congiuntoli, dans les environs de Scheggia, ou encore Bifolco (1021?).
 
L'empereur Henri Ier, qui succéda à Othon III, vint quant à lui le visiter et lui octroyer le couvent de Mont Amatius, en Toscane.

Romuald vint mourir au monastère du Val de Castro le 19 juin 1027, ainsi qu'il l’avait prédit, vingt ans plus tôt à ses compagnons. Son corps qui serait resté longtemps incorruptible, a attiré un nombre de miracles tel qu'il fut canonisé, en 1032 . L'ordre a été approuvé dès 1072, 45 ans après le son mort de fondateur .
 
En 1466 son corps aurait de nouveau été trouvé intact. Il est alors été translaté à Fabriano en 1481. En 1595 Clément VII a fixé sa fête au 7 février, le jour de la translation de ses reliques et a étendu cette célébration à l'Église entière. Selon le Calendarium Romanum, promulgué en 1969, la fête a été fixée de nouveau, au 19 juin cette fois, le jour de sa mort.

Dans l'art, Romuald est représenté habillé de blanc comme les autres Camaldules, indiquant (ou se faisant indiquer) une échelle sur laquelle gravissent des moines montant au Ciel, intronisé avec une longue bougie, un livre ou un modèle de monastère.
 

 
Sources :

http://users.erols.com/saintpat/ss/0619.htm#romu
http://gallery.euroweb.hu/html/s/sacchi/romuald.html
http://www.casentino.it/pag_english/itin5_arte_storia/txt5b_camaldoli_uk.htm (réfectoire)
http://www.newadvent.org/cathen/13179b.htm
http://missel.free.fr/Sanctoral/06/19.html
http://www.regione.marche.it/giubileo/DUEMILA/abbazie/sitria2.htm
http://www.camaldoli.it/web_it/ca_storia/ca_storia00.htm
http://www.abbazie.com/camaldoli/foto/Camaldoli_121b.jpg
http://www.itinerariitaliani.com/luogcamaldoli.htm
http://web.tiscali.it/no-redirect-tiscali/AVVENTURA/E1/PAGINE/E1Eremi.html
http://www.arcidiocesi-ferrara-comacchio.it/cmd/notizie/2003/03_10_marcellosimoni.htm
http://digilander.libero.it/debibliotheca/Arte/angelico/page_04.htm
http://www.aug.edu/augusta/iconography/iconographySupplementalImages/crucifixion/frangelicoSaints.html
http://www.data.it/marche/provps/favellan/favellan.htm
http://fastnet.it/market/archeonet/favellan.htm
http://fastnet.it/market/archeonet/sassofer.htm
http://www.camaldoli.it/fr_index.htm
http://www.bancamarche.it/abbazie/pagine/an_07.htm
http://www.marcheworldwide.org/html/avellana.asp?lingua=fr
http://www.kfki.hu/~arthp/html/s/sacchi/romuald.html
http://www.comunitamontanaappenninocesenate.it/escursport/mtbbalze.php
http://www.bagnodiromagnaturismo.it/temi/natura/perpiedi02.html
http://www.bagnodiromagnaturismo.it/temi/natura/perpiedi02b.html
http://www.comunic.it/vallesavio/fumaiolo/index.html
http://digilander.libero.it/leville/notiziario2/cella.htm
http://spazioinwind.libero.it/laroccadorcia/IDINTORNI.htm
http://www.clarence.com/contents/partire/speciali/020925houseboat/foto06.html
http://www.comunic.it/ed/nazario/vola1.html
http://www.avventurosamente.it/sito/images/mappeparchi/parco.delta.po5.jpg
http://www.andreabarghi.com/ita/htm/art_mo.htm (camaldoli-cloître)

---