ENCYCLOPEDIE -DE--LA--LANGUE -FRANCAISE

-ABBAYE
  -CLUNY
 
 
Prieuré de Domène

 

 

menu de l'article "CLUNY"


 
Prieurale de Domène : plan au sol (1), en coupe (2) et vestiges (3 et 4), dont le mur sud (3) date d'environ de 1058 .
 
 
 
1-1---2 ----3

 

4

Texte ci-dessous reproduit intégralement de la page :
http://www.ac-grenoble.fr/stismier/graisivaudan/aynard/aynard.html
 

"Vivant au milieu du XI ème siècle, Aynard Ier, seigneur de Domène, fils de Rodolphe II et petit-fils de Rodolphe Ier, "Premier chrétien du Dauphiné", fit donation aux Bénédictins de Cluny de biens considérables, redevances, terres, vignes et bois, situés à Domène et dans les environs afin qu’ils y installent une maison.
Ainsi naquit en 1058 le prieuré de Saint Pierre et Saint Paul de Domène à l’ordre de Cluny, conçu du temps des abbés saint Odilon et Saint Hugues. Après sa mort survenue vers 1080, la dépouille d’ Aynard Ier, qui s’était retiré au cloître, sera inhumé, en présence de Saint Hugues évêque de Grenoble, dans le choeur de l’église priorale. Ce caveau deviendra la tombe de la famille Aynard, puis de Monteynard jusqu’au XV ème siècle. La branche des Morard d’Arces de la famille d’Arces, autre célèbre fratrie dauphinoise, y possédait également le droit de sépulture comme seigneur de La Tour de Domène.


En 1120, Pierre de Montboissier, futur abbé général de Cluny sous le nom de Pierre le Vénérable, occupera la charge de prieur de Domène pendant deux ans.


L'ensemble des chartes du prieuré réunit dans le cartulaire de Domène dit "carta de Domina" constitue un ensemble d’un intérêt exceptionnel pour la connaissance de l’histoire médiévale, religieuse et laïque, du Grésivaudan. La maison des bénédictins de Cluny au prieuré de Domène sera supprimée, peu avant la Révolution française, par un bref papal du 4 juillet 1788 confirmé par lettres patentes du 19 mars 1789.
A cette époque, Dom François Charolais, procureur, gère un domaine qui s’étend sur les paroisses de Domène, Lancey, Saint-Ismier et Uriage, produit mille livres annuelles d’affermage et génère sept cents livres de dîme.
Les deux derniers moines, Dom Jean-Joseph Giraud, prieur, et Dom Jean-Baptiste Sorrel, moine, reçoivent respectivement 1400 et 1000 livres par an de retraite."


Sources :

http://www.patrimoine-en-isere.com/pages/FicheSite/id/4/ids/site00098/typerecherche/site/site/dom%E8ne
http://www.ac-grenoble.fr/stismier/graisivaudan/aynard/aynard.html
http://www.musee-dauphinois.fr/03patri/img/monu/eglises/imgfiche/domeprie.gif
 

 
 
------