ENCYCLOPEDIE -DE--LA--LANGUE -FRANCAISE
- ABBAYE
 
Asie Mineure : Carte ancienne de l'époque romano-byzantine
ORIGINES
 
SYRIE et LIBAN
 
(2)


 

Quand ces mouvances ecclésiales se forment dans de riches demeures (les pauvres n'en sont sûrement pas exclus, mais ils ne laissent pas de traces!), dont la structure rappelle un chapitre canonial, avec chapelle, salle de cours, cloître, etc, cela produit ce que l'on peut voir à Doura Europos, en Syrie actuelle, par un témoignage archéologique rare, une maison communautaire dont il nous reste quelques vestiges :

 

Baptistère décoré d'une fresque. A gauche, fonts baptismaux avec arche d'entrée

 

Reconstitution du plan d'une maison communautaire chrétienne de Doura Europos, vers 230


Ephrem* ( Ephraem, Ephraïm, Nisibe 306 - 373) et Aphrahat* (Perse, † 345), les évangélisateurs connus de la Syrie ont vécu cela à Antioche, c'est sûr, mais Ephrem commence à nous parler de vie cénobitique que tard dans sa vie, lors de son exil à Edesse.

* EPHREM ET APHRAHAT :
Ecrits d'Aphrahat :
- "Demonstrations"
Ecrits d'Ephrem :
- "Hymnes du Paradis, "Anasheed Al-Ferdawse"
- Hymnes de la Foi, "Anasheed Al-Eeman"
- Contre les Hérétiques, "Maqoulat Ded Al-Harateeqa"
- Composition de Nsaybeen," "Manzoum at Nsaybeen"
- Hymnes à la Vierge, "Anasheed Al-Batouleeye"

Après eux, le principal informateur de la Syrie antique est Théodoret, évêque de Cyrrhestique (Syrie du Nord, voir carte en exergue), qui écrit son Historia Religiosa vers 440, par laquelle nous apprenons que des monastères existaient dans la région avant 300. On connaît l'existence, vers 380 à Antioche, de monastères abritant sous le même toit moines et moniales : fait absolument pas nouveau, soit dit en passant, mais que Chrysostome réprouvera, comme d'autres pasteurs avant lui et après lui.

Théodoret cite Publius à Zeugma (Euphratésie, voir carte en exergue), Théodose en Cilicie, les monastères d' Antioche et d'Apamée. Maron, l'ancêtre de l'Eglise Maronite, est un des nombreux abbés (higoumènes) de laures, dans la région d'Antioche et du Liban, où la tradition a localisé une caverne qu'il aurait habité : 1--2
Grottes occupées par des cellules de moines ("habis" : reclus) au Liban, dès l'époque paléochrétienne.
1. Hermel, Deir Mar Maroun ("grotte du moine Maron", fondateur des Maronites) ou Mougharet Al Raheb (caverne du moine), située près des sources du fleuve Assis (Oronte). Taillée sur trois étages sur une hauteur de 90 m, à pic.
2. Fourzol, A 56 km de Beyrouth, dans la plaine de la Bekaa"


"Dans la tradition syriaque une sorte de ‘ proto-monachisme ’ fut organisé au 4e siècle avec des petites communautés ascétiques, en Syrie et au nord de la Mésopotamie (entre les fleuves Tigre et Euphrate), et dont parle Saint Ephrem et Aphrahat. Le particularisme ascétique fut celui des moines dits ‘ stylites ’, du grec stylos, la colonne, car ils vivaient perchés sur des colonnes élevées. Le plus célèbre d’entre eux fut Siméon le Stylite au 5e siècle (on voit des restes de sa colonne au nord d’Alep*). Dans son Histoire Religieuse ou Histoire des Moines de Syrie, Théodoret de Cyr raconte l’histoire du monachisme dans cette région avant Siméon. Après lui Jean d’Ephèse (+589) décrit dans son livre Vies de Saints Orientaux la vie de cinquante huit ascètes de Mésopotamie et Syrie qu’il a rencontrés, dont certains ont vécu en Egypte ou à Constantinople. Au 7e siècle Théodote d’Amida visita Jérusalem, le Sinaï et l’Egypte et écrivit sa Vie qui est une autre source de renseignement sur le monachisme de l’époque. En Egypte, au Wadi Natrun situé entre le Caire et Alexandrie, se trouve le monastère dit des Syriens où des moines syriaques résidèrent du 8e au 17e siècles.
De nos jours il ne reste plus qu’une dizaine de monastères de tradition syriaque orthodoxe où vivent quelques dizaines de moines et moniales dans le sud est de la Turquie; ainsi que le célèbre monastère de Mar Matta, près de Mossoul en Irak,(appelé Mont des Milliers à cause du nombre élévé de moines du 4e au 8e siècle). Mais l’on sait qu’il y avait plus de 80 monastères historiques. (Le Patriarche Ephrem Barsom en fait la liste de 83 dans son livre Histoire des Sciences et Littérature Syriaques (en arabe, pas traduit)."

texte extrait de la page web : http://www.fraternite-orthodoxe.org/mouvement-dialogue.php?name=Francais_2002

*ALEP : monastère de Saint - Siméon : DEIR-EL-SEMAN
 

En Syrie, ce sont quelques 820 sites urbains qui conservent des traces d'occupation chrétienne durant la période byzantine du IIe au VIIe siècles. Les monastères se comptent par centaines, et il est rare que des témoins de présence chrétienne ne voisinent pas avec des ruines monastiques. Rien que pour la région de Djebel (Jebel) Baricha, il y avait sur une aire de 210 km² au moins 63 petits monastères comptant environ 800 moines.


Parmi les sites les plus parlants aujourd'hui, on trouve :
 
SOBAT

1---------2 ----3---
 
 

Syrie, Al Bara (Al Bahra, El Bara) actuelle Serjilla, Deir Sobat (Al Sobat), Monastère Elisabeth.

1. Vestiges du site monastique, Ve siècle.
2. Ruines de la basilique
3. Eglise, détail. Linteau avec frise
 
 

 
 
 
-----