Jarre d'argile à quatre poignées, trouvée au monastère.
Musée Copte du Caire

ENCYCLOPEDIE -DE--LA--LANGUE -FRANCAISE
- ABBAYE
  Origines
 
EGYPTE
.
 
Le monastère de Jérémie
Deir Apa Jeremiah
(ou Jeremias)
Saqqarah
 



C'est Jean de Nikious (ou Nikiou, Nikiu, Niciopolis), moine, évêque et historien Copte de Basse-Egypte, qui nous parle le premier du monastère de Jérémie dans sa chronique écrite entre 693 et 700, relatant aussi l'invasion des musulmans. Il parle d'un certain Jérémie, abbé d'un monastère près de Memphis, connu de l'empereur Anasthase Ier lui même (491-518). Le De situ Terrae Sacrae ( L'aire de la Terre Sainte) de Théodose (Theodosius), un autre moine qui écrit entre 520 et 530, évoque deux monastères près de Memphis, l'un d'entre-eux étant censé être dédicacé à Apollo.

C'est James E. Quibel (1867-1935), égyptoloque anglais collaborateur en Egypte de Petrie ou de Firth, qui découvrit le monastère de Jérémie au sud de la nécropole de Saqqarah, à environ 500 m de la pyramide à degrés de Djoser. En 1970, des fouilles superficielles furent entreprises par Peter Grossmann, un archéologue allemand, sur un site largement recouvert par le sable :

------

Vestiges du monastère


De 1906 à 1910, donc, Quibel pratiqua des fouilles sur une aire de 18 km², qui exhuma les vestiges d'un complexe cénobitique important, où figuraient de nombreux espaces :

 
De la vaste église avec narthex, au centre de l'ensemble monastique, il ne reste que le sol de calcaire, la base des colonnes et quelques pans de murs de l'église principale.
Plan de l'église principale

Une première église modeste fut construite au milieu du VIe siècle (31 x 12m), faite de brique crue. Plus tard, une église plus conséquente fut bâtie, témoin de la prospérité nouvelle de la communauté, qui s'était significativement accrue et dont la renommée s'était répandue. Son narthex seul, était déjà plus grand que la précédente église ! Celui-ci donnait sur le naos, composé d'une nef, deux bas-côtés et une aile à l'ouest. Dix-huit colonnes séparaient la nef de ces trois ailes, dont les chapiteaux sont un magnifique exemple de l'art byzantin, avec leurs formes typiquement évasées :

Chapiteaux VIe s), avec feuilles de vignes (à gauche) ou feuilles de palmes (à droite) enroulées autour des grappes ou des feuilles de palmier.
Musée Copte du Caire.

L'église était richement décorée, mais presque tout ce qu'exhuma Quibell a disparu. Seuls nous restent quelques fragments de saints peints sur des colonnes, des frises représentant des canards, ainsi que divers décors géométriques :

Monastère de Jérémie
Fresque du VIIe siècle
Saints Apollo et Pamun
 

Un réfectoire décoré de fresques illustrait diverses scènes bibliques. Il communiquait au nord avec une cour, elle-même donnant accès à une salle aux deux rangées de piliers, dont on pense qu'elle abritait une infirmerie. A l'est du réfectoire, on avait bâti une chapelle, décorée elle aussi. Au sud du réfectoire, on avait accès à un salle qui devait servir aux réunions des moines, la salle du chapitre, en somme :

 ----
Reconstitution de la salle des moines (futur chapitre) avec la chaire (ici, sorte d'ambon) au dernier
plan, vu plus en détail sur l'illustration de gauche . Musée Copte du Caire.

Les cellules de moines étaient percées de fenêtres et pourvues de niches, à l'est, servant à déposer des objets nécessaires aux dévotions des moines, ainsi que des lampes à huile. De forme absidiale, ces murs étaient peints d'un Christ en majesté ou d'une Vierge à l'enfant, sur ses genoux.
On trouvait aussi des celliers, des vestiaires, des citernes, des fours à pain, des pressoirs d'huile, enfin, différents ateliers d'artisans. Comme quasiment tous les monastères chrétiens des déserts d'Egypte, le monastère de Jérémie était ceint de hauts murs, et comme plusieurs d'entre-eux, il fut construit grâce à de nombreux remplois d'édifices pharaoniques.

A l'ouest du couvent se trouvait une chapelle funéraire construite vraisemblablement sous l'empire romain et réutilisée ensuite par les moines. De plan basilical, elle comporte un arc de triomphe à l'entrée de la chambre funéraire, pourvue de murs ornés de plaque de marbre.

Sources :

- http://touregypt.net/featurestories/jeremiah.htm
- http://www.pastornet.net.au/jmm/aame/aame0514.htm (Nikiou)
- http://www.clas.ufl.edu/users/sterk/ImagesLA/Images9.25.htm (Jérémie)
 
 

       

------