ENCYCLOPEDIE -DE--LA--LANGUE -FRANCAISE
 

-ABBAYE
 
Origines
.
Les Kellia (3)
 --
L'art (1)

 
 

L'
article ci-dessous est extrait d'un article de Marguerite Rassart-Debregh (Archéologue. Membre de la MSAC, Président sortant de l'Ass. francophone de Coptologie), paru dans : Le Monde de la Bible - Numéro 116 Janvier-Février 1999 - Les déserts d'Egypte, les premier s monastères au pays des pharaons
. Texte extrait de la page web :
http://www.coptic.org/music/kellia.htm
entre crochets [...] notes de l'encyclopédiste

Partout, l’oratoire privé correspond à un plan bien défini et, réservé exclusivement au culte, il a reçu les décors les plus élaborés ; on peut y voir, dans la partie supérieures des murs, des personnages saints -- , des animaux et des plantes, et, au-dessous, un soubassement tantôt monochrome, tantôt orné de panneaux polychromes et souligné de frises géométriques ou florales :

1. Ermitage QR 306, Plan au sol

 
2. Ermitage QR 306, vestibule [dessin du] (pièces 2-3 [voir plan]) paroi est.
[Deux zooms possibles : un, général, sur un large pourtour de l'image; l'autre, au centre]

Les représentations divines ne sont guère nombreuses ; à ce jour, on connaît une image de Marie et quatre du Christ dont ce fort beau visage juvénile inscrit dans un médaillon : Jésus bénit de la main droite et tient le Livre de la gauche.
 
Le mur oriental, le plus important, comporte en son centre une grande niche décorée avec soin, surmontant parfois une petite cavité ; l’encadrent des niches plus petites et aux décors plus modestes, sortes d’armoires destinées aux objets du culte. Cet aménagement s’apparente à celui des maisons romaines du Fayoum ou la grande niche est destinée à recevoir l’image de la divinité. Dans la niche-oratoire, apparaissent à Sakkara et à Baouit le Christ, la Vierge, les archanges, parfois des fondateurs, tandis qu’aux Kellia la croix domine :-

 
3. Ermitage QR 306, oratoire [dessin de l'] (pièce 5) paroi est avec niche de prières. L’austérité environnante poussa les moines à décorer avec une grande exubérance les pièces les plus importantes ; les ouvertures y sont soulignées par des bandeaux géométriques ou floraux.
La paroi est, devant laquelle le moine prie, est particulièrement mise en valeur ; les motifs peints dans la niche-oratoire témoignent de la vénération personnelle du moine ; ici, la croix centrale se dresse au milieu des végétaux abritant deux colombes.

A Sakkara, la pièce menant à l’oratoire est simplement pourvue d‘un soubassement monochrome ; à Esna, elle comporte des bandeaux autour de la plupart des ouvertures. Aux Kellia, la chambre ne porte guère de décoration, tandis que le vestibule conduisant à l’appartement du moine se couvre de peintures et d’inscriptions : le soubassement est surmonté d’une flore et d’une faune variées voisinant avec des croix ; sur l’arc des vestibules doubles se déploient des pampres et des rinceaux parfois peuplés d’animaux. De rares motifs, souvent rendus à grands traits, figurent aussi sur les murs des cuisines, des latrines ou de la cour. (...)

Bandeau au décor traditionnel des kellia, ici arches, paons et canards (ermitage non précisé).
 

-----