ENCYCLOPEDIE -DE--LA--LANGUE -FRANCAISE

- ----------------- ABBAYE--------------------------------------------

 

CARTES DE GEORGIE
 
Origines :
.
 
Asie
.
GEORGIE

 


 

"L'Asie Mineure était déjà évangélisée vers la fin du 1er siècle et, tout naturellement, le christianisme est remonté vers le nord jusqu'à l'Abkhazie (la partie nord-ouest de la Géorgie, sur la côte). On en a un très bon témoignage historique dans les listes du concile de Nicée de 325. On sait qu'il y avait un certain Stratophile, évêque de Pitsunda (Bitchouinta, le pays des pins) sur la côte abkhaze. Par la suite, on racontera que c'était l'apôtre André qui, voyageant au pays des Scythes, avait également évangélisé la Géorgie. De telles légendes apostoliques, toutefois, doivent être prises avec une grande distance. "

extrait de :
http://www.erf-auteuil.org/conferences/les-christianismes-caucasiens.html

"La conversion de Mirian, le roi des Ibères (partie sud-est de la Géorgie * ), est un peu plus tardive. Elle se situe vers 334-335. Elle est l'oeuvre, nous disent les récits légendaires, d'une captive étrangère.
 
Cette captive, selon le récit le plus ancien (celui de Rufin d'Aquilée dans son histoire ecclésiastique) ne porte pas de nom. Mais les Géorgiens l'ont appelée Nino**, ce qui n'est probablement pas un vrai nom propre mais une déformation de la "nonne" (ce mot prononcé dans la langue locale). C'était une cappadocienne qui avait longtemps vécu en terre sainte. Vers 330, on ignore pour quelle raison, elle se croit investie d'une mission d'évangélisation, elle remonte vers le nord et s'installe non loin du fleuve Koura, à Mts'khet'a qui était la ville religieuse des Géorgiens. Et là, elle vit trois ans dans l'ascèse, sans rien demander à personne. Simplement, elle prie. Les Géorgiens, la pensant possédée par un Khaati (par un dieu), lui vouent toute la vénération qu'ils accordent à ce genre de personnes. Elle n'adresse la parole qu'aux seules femmes juives de la ville, avec qui elle parle araméen et qui ont sans doute servi d'intermédiaires. Un jour, on apporte un enfant malade à sainte Nino (il faut savoir que, lorsqu'un enfant est malade, il y a un type d'incantations pour le guérir qu'on appelle les Ihavnana. Ce sont de véritables incantations de sorcière, car le mot signifie: "nous nous repentons, mes seigneurs", lesquels seigneurs sont les démons des fièvres à qui on s'adresse pour qu'ils sortent du corps de l'enfant. En général, ce sont les femmes qui sont spécialisées dans ces incantations et quand un enfant est malade on le mène de maison en maison et on attend la guérison). Sainte Nino guérit l'enfant.
 
Or, en ce temps-là, Nana, la reine d'Ibérie est malade. Elle vient voir sainte Nino et elle est guérie à son tour. Elle en parle au roi, qui d'abord ne se laisse pas convaincre. Mais un jour il part pour la chasse et voila qu'en plein midi se produit une éclipse de soleil. Le roi, terrorisé, prie le dieu de sainte Nino et de la reine Nana et le soleil réapparaît. Alors le roi décide de se convertir lui aussi et demande à sainte Nino de lui montrer comment il faut construire un sanctuaire pour son vrai dieu. Sainte Nino fait donc construire une église, la première église de Géorgie - que l'on peut visiter encore aujourd'hui - qui s'appelle la "colonne vivante". C'est une église construite sur des bases de pierre et avec des colonnes en bois. Sur les indications de sainte Nino, on élève deux premières colonnes. Mais impossible de lever la troisième. On va chercher les hommes les plus forts, des boeufs, rien n'y fait. Nino passe toute la nuit en prières devant la colonne et quand le roi revient le lendemain il trouve la colonne suspendue en l'air au-dessus de sa base Dès que le roi arrive, Nino fait un signe et la colonne se pose. Ainsi, selon la légende, est construite la première église de Géorgie.
Naturellement, là encore, ce récit demande à être interprété. Il s'agit certainement de la christianisation du récit de l'élévation d'un sanctuaire païen dans lequel un prêtre, le mkadré, - ici c'est le roi qui joue ce rôle - construit un sanctuaire sur l'indication de celui qu'on appelle le Kadagui (ou le Kantaria, le chaman, celui qui est inspiré par le dieu). Le rite essentiel, précisément, c'est l'érection de la première colonne du sanctuaire. "

extrait de : texte cité plus haut
* Le pays de Géorgie était alors divisée en deux royaumes, que les Grecs conquirent avec Alexandre le Grand. Ils les appelaient Ibéria (Ibérie,à l'est) et Colchidis (la Colchide, à l'ouest).
** Nino, morte vers 335-347 est enterrée dans le couvent de Bodbe, en Kakhetie. Une cathédrale et un monastère seront fondés en son souvenir peu après sa mort.

Le monachisme chrétien a abondamment fleuri en Géorgie, et ce dès la christianisation du pays. Un des tout premiers monastères connu est celui de Nekresi, fondé au IVe siècle dans la région de Telavi (province de Kakheti). Les premières églises de Géorgie qui nous sont connues ont une architecture inspirée des basiliques palestiniennes et bon nombre sont implantées à l'est du pays, un des terreaux importants du christianisme en Géorgie. Ainsi en est-il des églises monastiques de Shuamta et de Tskhrakari (Matani) :

[Pour une visualisation géographique des monastères cités, on se réfèrera aux cartes de Géorgie]

   

 

 

 

Reconstitution de l'antique monastère de Nekresi

  Plan de la minuscule église primitive du monastère de Nekresi (Nekresy), érigée vers 360, au-dessus d'une crypte funéraire. Remarquez le nombre et la largeur peu ordinaires des ouvertures vers l'extérieur. Il semblerait que l'on assistait aussi bien aux offices à l'extérieur qu'à l'intérieur : c'est une spécificité que partage nombre d'églises géorgiennes.  Eglise de Nekresi, une des plus anciennes de Géorgie encore debout.

 


   
Eglise de Nekresi, VIe-VIIe siècles, à trois nefs. Cette église, comme celles de Kvemo Bolnisi ou Dmanisi (Kvemo Kartli), ou encore Shiomvgime (voir plus bas) font partie d'un style particulier introduit par les architectes Géorgiens au milieu du VIe siècle et inconnu hors de Géorgie : les trois nefs, au lieu d'être traditionnellement séparées par des piliers ou des colonnes, le sont par des murs pleins qui les transforment donc en église à part entière.

Monastère de Dzveli (Vieux) Shuamta, province de Kakheti, à 7 km de Telavi. Le christianisme apparut à Mtskheta au IVe siècle avec saint Nino; il devint religion officielle en 334. La première église en bois fut construite dans le jardin du palais à l'emplacement de l'église actuelle de Svetitskhoveli.

Au premier plan, l'antique petite basilique du Ve siècle et derrière, deux églises à coupole, du VIIe siècle. La plus grande, dont on ne voit que la coupole, a été construite sur le modèle du temple de Jvari (Mtskheta), quant à celle de droite, voir photo suivante.

  Dzveli Shuamta. Vue de près d'une église à coupole, visible à droite, sur la photo précédente. La coupole a été introduite en Géorgie dès le VIe siècle (voir Shiomghvime)

 
   

 

Monastère de Shiomgvime (ou Shio-mgvime : A Mgvime (ou Mqwime) se trouve la grotte de Shio, où le saint serait resté dans le noir vingt ans durant. Le couvent est situé à à l'ouest de Mksheta, 40 km au N.E de Tbilissi, et fondé au VIe siècle par saint Shio, un des treize pères syriens fondateurs des premiers monastères de Géorgie, particulièrement à l'est, dans la vaste province de Kartli et celle de Kakheti. Citons les douze autres : saints Jean ( Johannis, Joane, Yovane, Yonan) Zedazneli (de Zedan), Abibos (Abidus, Habib) Nekreseli (de Nekresi), Antoine(Anton) Martmkofeli (de Martkomi), David Garejeli (de Gareji, Garedji, Garesja, Gareja, Kareja), Zénon Ikaltoeli (d'Ikalto), Tadhée(Taddheus, Tadeos) de Stephantsminda, Ise (Eshu, Jessé) de Tsilkani, JosephIoseb (Ioseb, Yosip) de Alaverdi, Isidore (Isiderius) de Samtavno, Michel (Mishael, Miqael ) d'Ulompo, Pyrrhus (Piros, Pirr, Pira) de Breti (Breta), et enfin, Stéphane (Stepan, Estepanos) de Khirsa (Hirsa).
"Recouvrant par leur ascèse la gloire du premier homme, à qui le Créateur avait soumis toutes les bêtes du paradis, les saints moines terrassaient les dragons, trayaient les biches qui se présentaient spontanément à eux, sauf les mercredis et les vendredis, jours de jeûne, convertissaient les ours et les renvoyaient vers leurs congénères pour prêcher la douceur."

extrait de : http://www.clio.fr/article.asp?article=104&Auteur=63

Monastère de Shiomgvime. Erigée du vivant de saint Shio, l'église de St Jean Baptiste, construite entre 560 et 580, est la plus vieille partie du couvent, en forme de croix grecque très classique.

 Monastère de Shiomgvime, plan
 

 
Sources :

http://giushki.tripod.com/koko/pages/detail/k26.htm
http://www.heritage.ge/archive/shio_mgvime1.html
http://www.heritage.ge/archive/shio_mgvime2.html
http://www2.newpaltz.edu/~meadorc/Nekresi.html
http://www.architecture.ge/churches/IV-VIIItwo.html
http://user.chollian.net/~cnu2001/Asia-Georgia/WFAasi%20Georgia-Kakheti%20Dzveli%20Shuamta-01.jpg
 


-------