ENCYCLOPEDIE -DE--LA--LANGUE -FRANCAISE
-ABBAYE
 --------------
 
 
Les Jardins
 
--
Traité d'agronomie de Pierre de Crescens, le Rustican, fol 105.
"Le livre V du traité est le plus souvent illustré par des arbres fruitiers et en particulier la récolte des fruits. Ici est également montré l'écorçage : un homme, un genou en terre devant un arbre, une serpe à dos non tranchant à la ceinture, passe de la main droite un écorçoir contre le tronc, pour redonner de la vigueur à un arbre malade comme le suggère le traité."
pour voir la page entière, cliquer ici

extrait de :
http://classes.bnf.fr/ema/campagne/paysan/source.htm
-----LE VERGER-------

 
---------

Dessin illustré d'après une fresque de Pompéï représentant un viridiarium (alors jardin d'agrément), Herculanum et Pompéi, de H. Roux, tome III, planche 25, Paris, Firmin-Didot (1870)

Vestiges du viridarium de la Maison du Faune à Pompéï, nom donné à cause du faune ornant l'impluvium de cette domus. Ici poussaient arbustes, fleurs, plantes médicinales.

 
Le verger médiéval, c'est le viridarium (ou viridiarium), parfois le pomarium, le "vergier" en vieux français. Il peut être un jardin d'agrément à la romaine, comme le viridantia, ou viridaria d'Albert le Grand, où court la vigne. Pour les moines, il est surtout utilitaire et une source de méditation, avec de reposantes haltes sur des bancs de gazon, de bois ou de pierre.

 
 

Paradis verger

Livre d'Heures de Rouen, atttribué à Robert Boyvin.

Ici, il prend l'aspect d'un verger de pommiers agrémenté d'une fontaine, d'où coulent les fleuves de l'Eden.

v. 1500

Paris, BNF, Arsenal, Ms. 416, f.9 v° - 10
18,5 x 12,5 cm
 
Verger

Le Livre des propriétés des choses de Barthélémy l'Anglais.

France, XVe siècle


Paris, BnF, département des Manuscrits, Français 136, fol. 88
 
Verger clos en fleurs

Très riches heures du duc de Berry, mois d'avril
Chantilly, musée Condé

Oeuvre des Frères de Limbourg, France, 1410-1416,

C'est un jardin en damiers qui appartient à une riche maison. Notez les cerisiers en fleurs, ses treillages et sa clôture en treillis.


Les arbres du verger modèle du plan de Saint-Gall sont précisées sur le manuscrit original par leurs fruits, à savoir : pommes, poire, mûre, pêche, prune, pin, sorbier, nèfle, cerise, laurier, chataîgne, figue, coing, noisette, amande et noix. Voyons maintenant leur situation sur le plan en question :
      Plan de Saint-Gall : viridarium, avec annotation des nom français correspondants.

Certaines catégories de plantes n'avaient pas de jardins dédiés et faisaient partie des espaces verts déjà cités : il en va ainsi des fleurs ou des plantes textiles et tinctoriales. Les fleurs étaient cultivées depuis toujours dans les monastères tout à la fois pour leur beauté, leurs symboles et la décoration liturgique. Elles pouvaient être vues dans tous les jardins à la fois dans la période médiévale (cf. le jardin de Strabon, un peu plus bas).

Comme nous le montre le plan de Saint-Gall, le verger abritait souvent un cimetière pour les moines :

1.---2.----3.-

1. Verger-cimetière du prieuré de Tusson, fondé au XIIe siècle par Robert d'arbrissel, le père des Fontevristes. De nombreux arbres fruitiers y fructifient : pommiers, poirier, néflier, figuier, mûrier, laurier, cognassier, pécher, noisetier…
2. Détail de la peste, dans Le Décaméron de Boccace, France, XVe siècle.
Paris, BnF, département des Manuscrits, Français 239 fol. 1. Pour voir la page entière,
cliquer ici.
2. Missel à l'usage du Mans, cimetière-jardin, Bibliothèque municipale du Mans, ms. 0254, f. 054, 1495-1503
 
 
Nous pouvons ainsi mieux nous représenter les plantes de l'hortus monastique au moyen-âge, son architecture étant étudiée au chapitre de l'Hortus Conclusus. On y évoquera la symbolique du Paradis, qui sera reprise au chapitre du jardin symbolique.

 

 

 
 
 

- ------------ -