ENCYCLOPEDIE -DE--LA--LANGUE -FRANCAISE

ABBAYE
  LES JARDINS
   
 
Hortus Conclusus
 
(3)

Les clôtures (2)

 


- Bordures. Les bordures des parterres de plantation, dits carrés ou planches, sont très souvent de plessis (voir § précédent), de pierres, de planches, ou de verdure, comme le buis ou la myrte :

Bordures de buis à l'ancien monastère Prémontré de Ter Apel, située dans la province de Groningue (Groningen), au Nord-Ouest des Pays-Bas. Cette abbaye a été fondée en 1464 par l'ordre des Prémontrés et un des rares à pouvoir subsister après l'imposition de la Réforme et son jardin médiéval, sorte de cloître végétal, bien clos sur trois côtés et ouvert sur un côté par une grille, est constitué principalement de simples et de tinctoriales. Il date de 1996 et fait partie d'un musée religieux.

 
PIERRES : pierres cuites, pierres brutes, elles permettent de délimiter des carrés (mais on utilise parfois de simples petits monticules de terre), de revêtir les sols, d'élever des murs.

Abbaye de Tusson, carré surélevé de lourdes pierres taillées au jardin potager, pavé lui-même de pierre, plus irrégulières cependant.

PLANCHES : D'un seul tenant sur chaque côté du carré de plantation, la planche a l'avantage, en période froide, de garder la terre un peu plus au chaud que la pierre ou le buis et de favoriser la croissance des plantes. Par ailleurs, elle délimite le parterre encore plus nettement à l'oeil qu'un autre matériau et, de plus, elle ôte au jardinier le souci de la taille et est moins onéreuse que la pierre taillée et plus facilement mise en place.

Planches bordant les carrés du jardin médicinal du prieuré de Salagon.

Planches à section entrecroisée du jardin potager de l'abbaye de Tusson.

- Treillages, balustrades : Les treillage délimite le plus souvent des parties du jardin, mais il peut aussi border les carrés (ainsi que des planches de bois : voir jardiniers au travail, plus haut). A claire-voie, le treillage ou la balustrade a plus d'avantages esthétiques qu'utilitaires. La balustrade aura l'avantage d'être solide et permettra au visiteur du jardin de s'y accouder :

-1.-----2.-

1. Abbaye de Royaumont, jardin médiéval, en losange et clôture de plessis.
2. Exécution du comte innocent ou Décollation du comte (détail), vers 1468, de Dirk Bouts (1415-1475), faisant partie d'un dyptique sur la justice de l'empereur Othon III, Bruxelles, Musée Royaux des Beaux-Arts de Belgique. Pour voir le panneau entier, cliquer ici.
René Péchère, architecte paysagiste qui a créé des jardins de la Belgique jusqu'à Firuzabad en Iran ou Udaipur en Inde, s'est inspiré de ce jardin pour recréer en 1987 le jardin "des plaisirs et du savoir" du philosophe et ancien moine Erasme (Desiserius Erasmus Roterodamus, 1466-1536) à Anderlecht aux Pays-Bas :
 

 
 
 

- - -