ENCYCLOPEDIE -DE--LA--LANGUE -FRANCAISE

-ABBAYE-------
 
 
-
L'ESPAGNE
des
----WISIGOTHS---

( V)


 

La Galice, comme la Bétique, n'échappe pas à la main de fer du roi wisigoth, qui dirige les conciles de Tolède. Le roi Receswinthe (Recesvinto, 653-672) promulgue en 653/654 son Liber Iudiciorum, un code inspiré du droit romain, en douze livres, qui font office de loi dans tout le royaume et qui était censé rendre égal tout habitant du royaume. Par exemple, un moine, comme un prêtre, diacre, archidiacre, sous-diacre ou tout autre ecclésiastique qui manquait à comparaître, à la demande d'un juge, payait l'équivalent de cinq salaires au juge et cinq autres à l'accusateur. S'il ne pouvait pas payer cette amende, il devait le faire par l'intermédiaire de l'évêque dont il dépendait. Réceswinthe a, par ailleurs, fondé un monastère à San Juan de Baños, dédiée à saint Jean Baptiste, consacrée le 3 janvier 661, comme l'indique une inscription lapidaire, métrique (en hexamètres), gravée au-dessus de l'arc triomphal de l'abside centrale (voir plan, image1) :

   "Annonciateur du Seigneur, Jean Baptiste possède cette maison en un don éternel, laquelle moi, Roi Receswinthe, serviteur et glorificateur de ton nom, te la dédie, de mon plein droit, dans la troisième année [de mon règne], dixième des illustres compagnons du royaume. Fait en l'année 699" (de l'ère wisigothe, soit 661de l'ère chrétienne)

 San Juan de Baños de Cerrato  

Comme son nom l'indique (baños = bains), le lieu était un lieu thermal, de l'époque romaine, situé près de Venta de Baños et de Palencia (province de Palencia). Le roi wisigoth Receswinthe y guérit des problèmes rénaux (néphrite), ce qui explique qu'il fit bâtir là un temple. par ailleurs, on peut voir en contrebas de l'église des vestiges d'une citerne wisigothe alimentée par la source (image 2). Au bord de la rivière Pisuerga, dans la commune de Baños de Cerrato, demeure le beau témoignage de pierre du monastère, l'église principale et modeste (20m x 13m) de Saint Jean Baptiste (San Juan Bautista). De plan basilical à trois nefs, c'est une des constructions wisigothiques les mieux conservées, même si on sait que le bâtiment originel était un peu différent, avec un chevet (cabecera) plat (image 3) à abside rectangulaire unique divisée en un espace tripartite, avec un choeur central ouvert sur deux petites sacristies appelées diaconium et prothesis dans la liturgie d'origine byzantine (voir Oratoire de Germigny les Prés). Ces deux sacristies étaient couvertes de voûtes en demi-berceau (bóveda de medio cañón). A l'époque gothique, l'espace fut fermé en des absides latérales et deux chapelles se sont ajoutées, une au nord contenant un très ancien baptistère wisigoth (image 4), qui servait aux baptêmes par immersion, et une au sud (image 5), . Deux autres chapelles on dû être construites à l'époque gothique. Il n'en reste que des vestiges, mais ils en donnent une bonne idée : on y voit encore des impostes décorés, des départs de voûte et des parements verticaux (image 6). Les colonnes de marbre romanes sont surmontées de chapiteaux de l'époque romaine ou wisigothe, plusieurs d'inspiration romaine, corinthien ou composite (image 7, IVe s.) et d'autres de style purement wisigoth (image 8). Le portail d'entrée présente différents décors : croix grecque au sommet (image 9), frise à l'imposte, au motif de fleurs quadripétales (image 10), voussure (image 11). Enfin, plus près de nous, signalons le remaniement, en 1865, par l'architecte Adolfo Fernández Casanovas, qui a élevé alors un mur-clocher (espadaña) plutôt incongru :


Wamba (Vamba, règne de 670-680), son successeur, et qui se retirera en 680 au monastère de San Vicente en Pampliega (antique Pampieca, province de Burgos), où il mourra en 688, en est un exemple. Le roi intervient activement dans nombre de nominations épiscopales, jusque dans les monastères, dont certains étaient des sortes de monastères épiscopaux, siège de l'évêque, comme à Aquis (Aquae Flaviae, en Lusitanie, auj. Chaves, au Portugal) où il impose Cuniuldo comme évêque, lors du XIIe concile de Tolède (N'oublions pas que Fructueux lui-même était abbé-évêque [episcopus sub regula] de Dumio).


Rappelons, par ailleurs, que la législation wisigothique avait repris les dispositions du concile de Chalcédoine (451) donnant aux évêques toute autorité au sujet des nouvelles fondations monastiques, leur permettant aussi d'imposer aux moines le devoir de remplir certaines tâches liturgiques ou pastorales. Cependant, les divers conciles rappellent, à l'inverse, les devoirs qui incombaient aussi aux évêques, comme ceux de ne pas détruire un antique monastère, par exemple.



Sources :

http://psoutinho.planetaclix.pt/out/mapa_alto_douro.gif (carte portugal : routes romaines)
http://www.arquivoltas.com/10-Andaluc%C3%ADa/0-MapaJaen.htm (carte province de Jaén)
 
images San Juan de Baños :
 
http://www.arquivoltas.com/8-palencia/02-Ventadebanos01 à 03.htm
http://medspains.stanford.edu/demo/themes/art_and_architecture/arch_christian_spain/san_juan_banos.html
(porte)
http://muvtor.btk.ppke.hu/korakoz/kep/juan3 et 4.gif (plan, église)
http://www.artandarchitecture.org.uk/images/full/b1e510b27c0dfb60ea7793a135b3e79f6b6f2774.html (fenêtre)
http://casl.umd.umich.edu/hum/spanishco/03.los_visigodos/images/080Palea.SanJuanBans.50911c.jpg
(détail porte)
http://muvtor.btk.ppke.hu/korakoz/kep/juan5.gif (nef)
http://www.artandarchitecture.org.uk/ (nef-2)

 
 

------