ENCYCLOPEDIE -DE--LA--LANGUE -FRANCAISE

ABBAYE
  Origines -Temps des Mérovingiens
   
-
ABBAYE
DE
-MARMOUTIER--


 

  Marmoutier (Indre et Loire, 37)
  Fondation en 372
   Bénédictins
Aujourd'hui : Etablissement d'éducation


   
 Portail de la Crosse ( début XIIIe )  Plan de l'abbaye (Monasticon Gallicanum)
   
       

Ce monastère ( Majus Monasterium ), appelé à être l'une des abbayes les plus célèbres et les plus riches de France, fut fondé en 372 par saint Martin sur la rive droite de la Loire, au nord de Tours, lorsqu'il devint évêque de cette ville : il y établit 80 religieux, astreints à ne faire par jour qu'un seul repas de fruits et légumes, sans jamais prendre de vin ni de viande et en ne mangeant de poisson que les plus grands jours de fête ; ils habitaient des cellules creusées dans le rocher ou des cabanes de branches sur le bord de la Loire. En 853, les Normands dévastèrent cette abbaye et massacrèrent 146 religieux ; en 860, les chanoines de Saint-Martin de Tours établirent 24 chanoines dans ce monastère abandonné, mais, à la suite de désordres, les chanoines furent remplacés en 982 par des moines de Cluny sous l'autorité de l'abbé Mayeul. Un peu après l'an Mil, sous l'impulsion de l'Abbé Bernier, l'Abbaye se développa considérablement et devint une des plus riches d'Europe. Le 1er mars 1096, le pape Urbain II vint à Marmoutier consacrer la nouvelle église abbatiale.

Avec les invasions normandes, l'art médical trouve refuge dans les cloîtres et les couvents. L'abbaye de Marmoutier acquit une grande réputation pour la variété des enseignements qu'elle distribuait, la formation médicale y tenant un rôle primordial en raison de l'important mouvement de malades se succédant dans son infirmerie.

A l'occasion des luttes féodales de la deuxième partie du XIe siècle l'Abbaye fut sérieusement endommagée par le Comte d'Anjou, Geoffroy le Barbu. Le monastère fut complètement reconstruit au début du XIIIème siècle par l'Abbé Hugues des Roches, et à cette époque plus de cent Prieurés dépendent de l'Abbaye. L'église abbatiale fut remplacée en 1214 par une autre basilique terminée seulement à la fin du XIIIe siècle : de cette dernière époque date également la porte de la Crosse qui a subsisté jusqu'à nos jours avec un long mur d'enceinte, flanqué d'une tourelle d'angle. L'église sera pillée par les Protestants en 1562.

En 1739, la mense abbatiale fut réunie à l'archevêché de Tours et, à la Révolution, le monastère devint un hôpital militaire, en attendant d'être vendu à l'adjudication en 1799, comme bien national, et en grande partie démoli. Des bâtiments du XIIIe siècle, il ne subsiste que le Portail de la Crosse.

Depuis son origine, l'abbaye de Marmoutier fut un centre de culture intellectuelle où l'on copiait des manuscrits et où l'on conservait toutes les connaissances de l'antiquité: l'histoire, en particulier, y était spécialement cultivée. Parmi les plus célèbres ouvrages répertoriés, citons "La bible de Moutier-Grandval", "Le sacramentaire d'Autun", la première Bible de Charles le Chauve. Par ailleurs, il nous est resté plusieurs Chroniques du Moyen-âge, publiées à la fin du XIXe siècle
, et plusieurs histoires de Marmoutier. La plus importante est celle de dom Martène, bénédictin de la congrégation de Saint-Maur, dont le manuscrit a été publié en 1874 par la Société archéologique de Touraine (l vol. in-8).

Depuis plus d'un siècle maintenant c'est un établissement d'éducation.


Sources :

http://www.francebalade.com/tours/trsnord.htm#marmoutier (photos et histoire)
http://www.med.univ-tours.fr/admin/historique.html