ENCYCLOPEDIE -DE--LA--LANGUE -FRANCAISE

ABBAYE
  Origines -Temps des Mérovingiens
   
-
ABBAYE
--SAINT-SERNIN--


   Saint-Sernin (Toulouse, Haute-Garonne, 86)
  Fondation au IVe siècle
   Bénédictins

 

On oublia la tombe de saint Sernin pendant plus d’un siècle, "et la redécouverte de celle-ci par l’évêque Hilaire qui bâtit vers le milieu du IVe siècle une première memoria : une toute petite basilique de bois, au-dessus de la sépulture. La vénération du corps saint s’amplifiant, son successeur Silve entreprend l’édification d’une basilique plus conforme aux nécessités du temps, pulchram et speciosam, consacrée par son successeur Exupère en 402 ou 403. Située hors de la ville, elle fut vite entourée d’une nécropole d’où est issue la majeure partie des sarcophages du type " du Sud-ouest de la Gaule " découverts à Toulouse. Un collège de chanoines est attaché à la garde du lieu saint : une charte de Charles le Chauve de 844 confirme les privilèges déjà accordés par Louis le Pieux au monasterium sancti Saturnini."

extrait de http://www.pyrenet.fr/savants/samf/memoires/T_57/cazarra.htm
" Les chanoines adoptent en 1076 la règle de saint Augustin et décident de construire de nouveaux bâtiments. En 1096, la partie orientale de la nouvelle église est pratiquement achevée. Le reste de l'église est édifié à la fin du XIe siècle et au début du XIIe : sur le côté Nord de l'église est construite l'abbaye.
Le logement de l'abbé était très grand, ainsi que le cloître (36 m sur 41). C'est dans celui-ci qu'étaient rendues les sentences de l'Inquisition, lors d'assemblées générales et ce, jusqu'en 1248 (celles-ci se tiendront ensuite dans le cloître de saint Etienne et à l'Hôtel de Ville). A l'est et au sud, se trouvaient les cimetières des comtes et des pèlerins, car la renommée de l'église comme lieu de pèlerinage, sur les chemins de Saint-Jacques de Compostelle, était grande. Le nombre de ses reliques lui assurait une puissance morale exceptionnelle.

L'abbaye était très riche : ses terres, dans et hors de Toulouse, couvraient entre 22 et 29 hectares. Elle possédait de nombreuses églises et chapelles (60 en 1246), dont le Chapitre nommait les curés et touchait une part des bénéfices; elle exerçait la juridiction sur le bourg qui s'était créé autour d'elle.

Elle connut toutefois des périodes difficiles : en 1419, par exemple, il s'avère impossible de nourrir les trente chanoines ; onze d'entre eux furent envoyés dans d'autres prieurés dépendant de l'abbaye.
Les bâtiments conventuels ont été démolis dans la première moitié du XIXe siècle.
Quant à la basilique, d'importants travaux de restauration, portant surtout sur l'extérieur, ont été conduits par Viollet-le-Duc au XIXe
siècle. "
 
extrait de : http://www.ac-toulouse.fr/culture/faitreli/couvents.htm#historique

 

sources :

http://www.ac-toulouse.fr/culture/faitreli/couvents.htm (reliquaire)
http://www-ensimag.imag.fr/eleves/Benedicte.Blanchard/Bene/Toulouse/sernin.html photo
http://www.insa-tlse.fr/~jacobins/photos/sernin.jpg (sernin2)
http://www.francophone.net/gtremb/saturnin.htm
http://www.pyrenet.fr/savants/samf/memoires/T_57/cazarra.htm ( archéo)