ENCYCLOPEDIE -DE--LA--LANGUE -FRANCAISE
-ABBAYE
 
ARTS
 
au temps des Mérovingiens
 
 
septième
partie
.
Pierre
Art funéraire--
---



 
La pierre
 
Introduction

L'essentiel des productions de pierre de l'époque mérovingienne trouvées dans des abbayes sont des ouvrages funéraires, et seront cités dans le prochain chapitre. Nous pouvons tout de même citer à part :
 
- l'ambon de Willibrord (658-739), fondateur de l'abbaye d'Echternach (698).

reconstitution de l'ambon de l'abbatiale d'Echternach, longtemps enfoui sous la crypte. On distingue nettement les entrelacs celtiques, ici en longues tresses.

l'ambon de l'abbaye de Romainmôtier (Canton de Vaud, en Suisse)

(vers 750), le plus vieux monument de l'abbaye, visible dans l'abbatiale .
 

- Un chancel de l'abbaye Saint-Denis, qui est une contribution probable du roi Dagobert à l'embellissement de son abbatiale, vers 630. Il est conservé à l'état de fragment, restitué ici pour un panneau de 0.65 x 0.74 m :


 
L'art funéraire

C'est sur des des tombeaux, des mausolées, chapelles ou autres oratoires funéraires, souvent dédiés à des saints martyrs, qu'un certain nombre d'abbayes des premiers siècles ont vu le jour. Mais aussi, ces monuments ont tôt fait partie intégrante de l'abbaye, dans son abbatiale, sa basilique, voire des bâtiments particuliers, ce qui, en plus des matériaux durables utilisés pour leur construction, les a souvent bien préservé du temps, ainsi que leur contenu. A l'époque mérovingienne, les humbles sont enterrés en pleine terre, mais les nobles ont droit à de beaux sarcophages, le plus souvent en pierre ou en plâtre.


Les exemples qui sont donnés ici sont le reflet des plus beaux éléments de sculpture funéraire décorative que nous a légué l'époque mérovingienne :

- Sarcophage de l'ancienne abbaye de Charenton-sur-Cher : On peut ici observer encore une fois la rencontre de la symbolique païenne et chrétienne : on trouve à la fois des griffons encadrant une fontaine de vie et, sur le couvercle, un monogramme de Constantin (VIIe siècle, Musée du Berry, Bourges)

 

- Sarcophages de la crypte Saint-Paul de l'abbaye de Jouarre :

Détails de la tombe de saint Angilbert (ou Agilbert), vers 680

 
De gauche à droite :
 
- Christ en majesté, imberbe et assis, dans une auréole de gloire elliptique, à bord torsadé. Il tient le livre des Evangiles dans la main gauche, tandis que la droite indique un texte. Aux angles, rayonneraient les attributs symboliques des quatre évangiles.
 
- Jugement dernier, avec le Christ tenant dans sa main gauche un phylactère déroulé. Il est assisté par des anges et entouré des élus qui lèvent les bras dans le geste antique d'acclamation : cette posture est d'influence manifestement orientale, peut-être copte, reprise par l'art romain tardif.
       
- Jugement dernier : Détail de la précédente illustration.

Ces sarcophages pouvaient être décorés de panneau (ici de plâtre), comme ici, dans le domaine de l'abbaye mérovingienne de Chelles :
 
----
 
 
 
- Le mausolée ( hypogée) de l'abbé Mellebaude à Poitiers, plus connu sous le nom d'hypogée des Dunes, également du VIIe siècle.
 
- sarcophage (vers 730) de Chrodoara (sainte Ode)


 

 
Sources :
 
 
http://perso.club-internet.fr/demarrag/louvre/travauxdiriges
http://www.tourisme-seineetmarne.net/moyen-age/intro2.html
http://www.hp.uab.edu/image_archive/ulj/uljb.html
http://www.narthex.fr/blogs/abbaye-de-cluny-910-2010/romainmotier (ambon)
 
- Le trésor de Saint-Denis : catalogue d'exposition, éditions Réunion des musées nationaux, 1991.
- Naissance de Paris, texte de Michel Fleury et photographies d'Hervé Amiard, éditions Imprimerie Nationale,1997.
-Trésors de Chelles : sépultures et reliques de la reine Bathilde et de l'abbesse Bertille, catalogue d'exposition du Musée Alfred Bonno, édité par la ville de Chelles, 1991
 
 


- - -